ROBERT DUGONI

Ecrivain américain. 

Robert Dugoni fait des études à l'Université Stanford où il reçoit des prix d'écriture.

Il travaille comme journaliste pour "The Stanford Daily" et brièvement pour le Metro Office ainsi qu'au San Gabriel Valley Office of Los Angeles Times.

Il entreprend et complète des études de droit de l'Université de Californie à Los Angeles, puis exerce comme procureur à San Francisco.

En 1998, il décide de se consacrer à l'écriture.

Il est l'auteur de deux séries, l'une consacrée à David Sloane (2006-2012), un avocat, et l'autre à Tracy Crosswhite (2014-2017), un détective criminel.

Il est également l'auteur du roman à succès "Damage Control" (2007), et son document "The Cyanide Canary" (2004) a fait partie de la sélection du Washingon Post pour le meilleur ouvrage de l'année.

  Plongée dans le monde               des Amérindiens

Seattle - Tracy Crosswhite, devenue policière suite à l'assassinat de sa soeur, est enceinte de 16 semaines. Elle dissimule sa grossesse pour ne pas être mise sur la touche.
Quand une amie lui demande de se pencher sur la disparition d'une jeune étudiante indienne, elle saute sur l'occasion.
Au même moment, son collègue Vic Fazzio enquête sur le meurtre d'une activiste anti-drogues.

Ma 1ère lecture de cet auteur et j'ai apprécié.
Robert Dugoni nous plonge dans le mode de vie de la communauté indienne où les traditions sont tenaces et les mariages arrangés légion, même loin de leur pays natal.
Qu'est devenue Kavita? A-t-elle voulu s'émanciper d'une famille trop envahissante ou a-t-elle fait une mauvaise rencontre?
Vic Fazzio, lui, est aux prises du milieu interlope de la drogue et des gangs qui ne reculent devant rien pour préserver leur business.
En alternant les deux intrigues, l'écrivain maintient un rythme haletant tout au long du roman, sans que l'une prenne le dessus sur l'autre.
Il donne vie à ses personnages en y incluant leur vie privée, ce qui les rend humains et "normaux".
Truffé de rebondissements sans que ça soit excessif, ce polar vaut la peine d'être lu.

                 Nathalie Friquet.

"Au prix fort", de Robert Dugoni. THOMAS & MERCER (18/02/2020)

                           Ma note : 16/20