LOTTE & SOREN HAMMER

 Duo d'auteurs de romans policiers danois. 

Lotte Hammer, née en 1955 à Frederiksværk, est une écrivaine danoise.

Elle est surtout connue pour la série policière Inspecteur Konrad Simonsen, coécrite avec son frère Søren Hammer.

  Un roman très noir, qui         pose des questions.

Le jour de la rentrée, deux enfants découvrent un spectacle cauchemardesque dans le gymnase de leur école: cinq corps d'hommes ont été mutilés à la tronçonneuse avant d'être pendus au plafond. L'inspecteur en chef Simonsen prend la direction de l'enquête. L'identification des corps est compliquée par leur état, mais l'ablation systématique des parties génitales ressemble à une signature.

Dès les premiers interrogatoires, l'étrange concierge de l'école tient des propos contradictoires et provocateurs. Dans le même temps, un riche entrepreneur victime d'abus sexuels dans sa jeunesse lance une vaste campagne de communication pour dénoncer le laxisme de la justice danoise vis-à-vis des pédophiles. L'opinion
publique s'empare du débat, menaçant de parasiter l'enquête.
Le concierge, de son côté, échappe à la surveillance de la police... 

Dans ce premier roman intense et foisonnant, Lotte et Soren Hammer construisent une intrigue millimétrée et roublarde sur un sujet encore largement tabou au Danemark.
Dressant le portrait d'une opinion qui prend fait et cause pour des meurtriers, les auteurs renvoient le lecteur à ses propres certitudes éthiques.

Le roman n'est pas essentiellement centré sur l'enquête policière mais également sur le rôle tenu par les médias qui s'emparent très vite de l'affaire et de la population qui prendra parti pour les meurtriers.
La population danoise dénonce ici les peines trop légères affligées aux pédophiles. Soren et Lotte Hammer soulèvent alors une question : faire justice soi-même est-il légal ?.
L'enquête est menée méticuleusement, sans effets de surprise. Mais l'écriture est agréable, le sujet est bien exploité sous tous les angles. Mais il n'en reste pas moins vrai que ces cinq hommes n'eussent pas été assassinés s'ils n'avaient pas, jadis, abusé d'enfants qui, devenus adultes, les ont retrouvés et ont décidé de faire d'eux cinq exemples qui permettraient d'attirer l'attention de la presse et du gouvernement sur la légèreté des peines infligées à l'époque aux pédophiles dans le pays.

                        Alice Midal.

"Morte la bête" (Actes Sud), de Lotte et Soren Hammer.

                           Ma note : 15/20.