SEBASTIEN THEVENY

Ecrivain français, né en 1976. 

Sébastien Théveny a contracté le virus de la lecture dès son plus jeune âge. Tout petit, ses grands parents le voyaient déjà jouer avec les pages du dictionnaire et à treize ans, il dévorait son premier Stephen King. Parallèlement, l'envie d'écrire le chatouille. Deux ans plus tôt, il commet sa première nouvelle. 

La passion des belles lettres se renforce avec l'âge adulte. Indépendamment de King, il lit Amélie Nothomb, Jean Teulé, Frédéric Dard et Max Gallo, sans oublier les "grands anciens" que sont Victor Hugo, Jules Verne et Alexandre Dumas. 

Cette attirance naturelle le pousse vers des études littéraires qui réduisent en miettes son rêve d'adolescent : devenir pilote de chasse. "Mon aversion envers les matières scientifiques rendait ce rêve impossible", avoue-t-il en tournant la page. 

Dès lors, il va en tourner beaucoup de pages ! Chez lui, elles ne resteront pas longtemps blanches. Comme son écrivaine préférée, Sébastien écrit "à l'ancienne" ; un stylo à la main. Ensuite, par nécessité, il se replonge dans son siècle... mais il éprouve quelque malaise à lire sur un écran numérique. Il aime noircir le papier sur les tables des restaurants ou devant une télé allumée. Paradoxalement, le bruit ambiant l'aide à se concentrer, à s'isoler. Peut-être est-ce ainsi qu'il donne naissance à ses plus beaux poèmes, un genre dans lequel, dit-il, "je me livre vraiment."

"Un frère de trop" (voir ci-contre) est, à ce jour, son plus grand succès.

                                   Une belle découverte.

Une série de meurtres sont commis à Paris, Lyon et Alicante avec un modus operandi identique. Les victimes n'ont rien en commun ce qui déstabilise les enquêteurs des trois villes.

Paris - Louise, libraire, s'éprend d'un inconnu qui habite en face de chez elle. Elle décide alors de l'épier derrière la fenêtre de son appartement. Grossière erreur.......

Mon premier roman de Sébastien Theveny qui m'a agréablement surprise. Mesdames, messieurs, si vous avez tendance au voyeurisme, un conseil, renoncez ! Vous risqueriez d'avoir de mauvaises surprises. Tel Mario, le bel inconnu, l'auteur construit un puzzle en nous révélant les pièces avec parcimonie en alternant passé et présent. Sébastien Théveny est un roublard, il sème les indices à priori sans grande importance mais qui prennent tout leur sens aux dernières pages. Même si j'ai relativement vite découvert le point commun entre les personnes assassinées, le final, que je n'avais pas vu venir, m'a bluffée. En plus d'être un thriller mâtiné de polar, il aborde le thème des relations familiales parfois compliquées, de la place de chacun dans le noyau ce qui peut entraîner des séquelles. Sans oublier une romance des plus tourmentées.....

Un ouvrage que je ne peux que vous recommander.

PS: Les amoureux de Michel Sardou seront comblés !

                                                                                                                                       Nathalie Friquet.

"Le voisin d'en face", de Sébastien Théveny. AUTO ÉDITION (09/11/2019)                                            Ma note : 17/20

                             La veine des grands thrillers.

"Trente secondes avant de mourir" est un très bon titre. Le texte et l'intrigue du roman ne lui font pas honte. Bien au contraire, ils le soutiennent, le justifient. 

J'ai beaucoup aimé ce nouvel opus de Sébastien Théveny. Beaucoup plus que "Un frère de trop" qui, semble-t-il, a connu plus de succès auprès des lecteurs. Mais rien n'est perdu pour ce roman qui se déroule à la vitesse et selon le découpage d'un film de Tarentino, que l'auteur cite, d'ailleurs, dans son texte. Le style est nerveux, très actuel, tout en restant vissé sur de solides bases littéraires. L'action y est permanente et l'on navigue aisément dans les flash backs autour desquels se construit l'histoire des différents personnages. 

Le destin de ces derniers s'entrecroise et, comme le laisse entrevoir le titre, les mènera vers une impasse. L'impasse dont on ne revient pas. Certains, néanmoins, pourront faire machine arrière. D'autres non. Théveny réussit la prouesse d'associer le lecteur à la souffrance de ses héros. Cela va au-delà de l'empathie, notamment à travers une scène d'avortement, particulièrement... réaliste, pour ne pas dire autre chose. L'auteur joue avec son lecteur comme le chat avec la souris. Employant tous les codes du thriller à l'Américaine (l'action se passe à New-York), il déjoue sa vigilance et fait tomber quelques masques qui ne manqueront pas de nous surprendre dans les toutes dernières pages. 

En résumé, ce roman contient tous les ingrédients du bon thriller avec un bonus non négligeable : une part d'humanité et de compassion qu'on ne trouve pas toujours (et même pas souvent) dans le genre. Sébastien Théveny est un auteur autopublié qui "marche" bien. Il aurait néanmoins mérité qu'un grand éditeur se penche sur le berceau de ce "bébé" qui a tout pour atteindre le plus grand lectorat. 

"Trente secondes avant de mourir", de Sébastien Théveny.                                                                                                                                                                                                                                            Ma note : 19/20.

Sébastien Théveny m'a fait lire "Rumeurs" en avant-première car il sentait que le sujet me... concernait. Il voulait l'avis du spécialiste que je me pique (aïe !) d'être. Vous l'avez deviné : "Rumeurs" a deux raisons d'avoir toutes les chances de me captiver (et même trois si l'on ajoute que c'est un excellent thriller) : l'intrigue se déroule dans le milieu du cheval et... en Normandie. Pas n'importe quelle Normandie, celle qui est chère à mon coeur : le Pays d'Auge. Eh bien, je n'ai pas été déçu. On s'y croirait ! Certes, j'ai fait l'effort de fermer les yeux sur certains petits détails techniques... mais ceux-ci sont noyés dans une histoire fertile en rebondissements, à travers des personnages pleins de relief. Et très "couleur locale", ce qui participe d'une excellente observation, de la part de l'auteur. J'en ai même vu un qui portait mon nom et me ressemblait étrangement. Heureusement, son intervention est de courte durée....

Je retiendrai de ce roman, une excellente analyse du "biotope" hippique, une émouvant histoire de famille (ah, les familles !...) et, forts de ces ingrédients, tous les ressorts d'un bon thriller. Certes, je l'avoue - et je l'ai dit à l'auteur - j'ai préféré "Trente secondes avant de mourir", qui reste mon Théveny favori au niveau de l'intrigue pure... mais "Rumeurs", s'il ne m'a pas dépaysé (et pour cause) m'a plongé dans les lourds secrets d'une famille normande... et croyez-moi, il y en a des secrets dans ces familles ! Les Normands sont des taiseux et leurs lèvres, des coffres-forts. Quand on arrive à les déverrouiller, on peut faire de macabres découvertes. Sébastien Théveny a très bien rendu cette atmosphère. Rien que pour cela, son livre est un succès.

"Rumeurs", de Sébastien Théveny (auto-édité).                                                                        Ma note : 17/20.

      Sûrement pas un                  roman de trop !           

"Un frère de trop" n'est certainement pas... de trop dans une bonne bibliothèque. C'est un roman qu'on ne lâche pas, dont les 440 pages passent comme une gourmandise chocolatée. 

En fait, la qualité de ce livre est aussi son défaut. Cette "gourmandise" aurait gagné à être épicée, voire empoisonnée comme la fameuse bouteille de whisky, clé de l'intrigue. Je m'explique : "Un frère de trop" n'est pas un vrai thriller, ce n'est pas un roman noir non plus. Parfois, le style est un peu "fleur bleue" et je trouve les dialogues assez légers. Les personnages ont tous de bons côtés, même celui qui s'avère être le coupable putatif et dont on regrette la triste fin. Avec en main une telle intrigue, j'aurais aimé trouver du cynisme et du sordide. Le cadre était planté, il n'y avait qu'à "balancer" un peu de vitriol ! En résumé, là où, dans cette saga familiale, on s'attendait à nager parmi des requins, on se retrouve dans un bocal de poissons rouges. Bon, j'exagère, d'accord ! Mais Sébastien Théveny, aussi talentueux soit-il (il l'est, vous pouvez me croire !) n'est pas un auteur de polars. Personnellement, je l'ai trouvé beaucoup plus à l'aise dans "Huit minutes de soleil en plus", son autre roman à succès. Peut-être vois-je ce livre avec mes yeux d'auteur. Car ceux du lecteur se sont régalés avec les tribulations de la famille Lacassagne, d'autant plus que le livre m'a replongé dans un cadre que je connais bien : la ville de Nice et ses alentours. En fin de compte, il est possible que Sébastien Théveny ait eu raison de ne pas faire de ses personnages des ordures intégrales. Au lecteur de juger, selon la sensibilité qui lui est propre. Quant à moi, je me base (presque essentiellement) sur la qualité de l'intrigue pour noter ce roman.

"Un frère de trop" (Michel Lafon), de Stéphane Théveny.

                           Ma note : 16/20.

N'écoutez pas les rumeurs, lisez-le !