MICHEL MAISONNEUVE

Ecrivain français, né en 1953 à Marseille (France). 

Michel Maisonneuve vit sur les rives de l'étang de Berre, en Provence, une région dont il a étudié l'histoire et les vestiges.

Longtemps journaliste pour la presse quotidienne régionale, pour une agence de presse ainsi qu'en free-lance, il travaille aujourd'hui pour un journal local. Avant le journalisme, il a effectué toutes sortes de petits boulots comme ouvrier de nettoyage, musicien, moniteur, éducateur, etc.

Michel Maisonneuve a déjà publié "Le Périple d'Arios", roman d'aventures sur fond d'Antiquité (éditions Caïa, 2004) et plus récemment, "Le Privé" ou "Je tourne tous les jours y compris le dimanche", un faux polar comico-social (éditions Caïa, 2006).

Il avoue avoir été marqué par "Le Capitaine Fracasse", de Théophile Gautier, durant son enfance. 

 

 

 

     Moyen mais original.

Dans une cité marseillaise, une vieille dame est retrouvée assassinée. Son appartement a été mis sens dessus dessous, la pauvre femme a été torturée dans la cave. Dachi El Ahmed, son voisin - un sage, amoureux des poèmes d'Omar Khayyâm, professeur d'histoire des mathématiques à l'université, ne croit pas au meurtre crapuleux. Les assassins semblent ne pas avoir trouvé ce qu'ils cherchaient. Depuis l'enterrement de la mémé, deux Russes aux mines patibulaires ont pris Dachi en filature.

Aux côtés du "sage" Dachi, Hocine et sa bande, petits voyous toujours postés là où il y aurait un bon coup à faire, mais aussi l'Apache, frère de sang de Dachi qui vit dans un tipi sur un toit d'immeuble, d'anciens malfrats de la pègre marseillaise, deux journaleux un tantinet alcoolos, une vieille dame calée en géopolitique, Léda, la tempétueuse et inaccessible rousse, et surtout Hassan, le chien de la victime...

C’est un polar moyen mais original, amusant, inattendu C’est l’histoire de deux factions rivales de Tchétchénie qui cherchent un trésor disparu le jour o un meneur qui avait caché celui-ci fut assassiné mais la chasse au trésor se passe en France, à Marseille, et le héros vivant c’est Hazan le chien.

                          Alice Midal.

"Le chien Tchétchène" (Babel), de Michel Maisonneuve. 

                            Ma note :15/20