JEAN-MICHEL LECOCQ

Ecrivain français, né à Bogny-sur-Meuse (Ardennes), le 19 avril 1950. 

Natif de Bogny-sur-Meuse dans les Ardennes, Jean-Michel Lecocq est désormais installé dans le Var où il se consacre à l’écriture.
Il fut longtemps inspecteur de l'Éducation nationale de la circonscription de Sedan.
Après "Le secret des Toscans" (L'Harmattan, 2009) et "Le Christ jaune" (L'harmattan, 2010), Jean-Michel Lecocq propose, avec "24", une plongée dans le Paris de 1572, en proie aux troubles civils et religieux.

Il a publié récemment "Le squelette de Rimbaud" et "Un charmant petit village". "La caresse des orties", son dixième roman, est la quatrième aventure du commissaire Théo Payardelle.

             Tout doit disparaître... sauf l'intérêt du lecteur !

Avec "Disparitions", j'ai découvert l'univers de Jean-Michel Lecocq et celui de son héros, Payardelle. Le moins qu'on puisse dire, c'est que mon intérêt n'a pas... disparu au fil des pages. Jean-Michel a le chic pour prendre son lecteur par la main et le balader dans son intrigue. Celle-ci a le double avantage de comporter les codes d'un roman policier classique (on sent que l'auteur maîtrise le sujet) et de faire voyager en tournant les pages. C'est peut-être dans cette double affectation que réside les (petites) faiblesses du roman dont l'action prend un petit coup de mou à mi-parcours. Qu'à cela ne tienne, la sève remonte très vite et si l'enquête patine un peu, l'intérêt du lecteur reste en éveil. Car, ce que je décrivais comme une petite faiblesse devient une force qui s'associe à celle des paysages décrit par l'auteur. J'avoue, au milieu de ma lecture, avoir ressenti une envie (presque) irrépressible de sauter dans un avion pour l'Arménie. Plus que notre éditeur commun, l'office de tourisme de ce pays méconnu devrait verser des royalties à l'ami Jean-Michel. Par surcroît, ce dernier étant un bon vivant patenté (et quand même très tenté...), il parfume ses pages des saveurs de l'orient et de l'Ecosse car, ne l'oublions pas, cette double enquête nous véhicule aussi dans les brumes calédoniennes. C'est là, d'ailleurs, que se nouera une histoire d'amour aussi surprenante qu'improbable. Mais chut... comme on dit aujourd'hui, je ne divulgâcherai point le plaisir de la découverte. J'ai bien aimé les personnages et la visualisation qui en résulte à travers la prose de l'auteur. Les officiers Payardelle et Sénard sont loin d'avoir une morale irréprochable mais - tant pis pour les cocus ! - tout ce qu'on leur demande, c'est de résoudre des énigmes. Et ça, entre quelques bonnes bouteilles de vin et de bière, ils savent faire ! 

En résumé, un très bon bouquin avec quelques petites faiblesses stylistiques qui ne suisent en aucun cas au plaisir du lecteur. "Disparitions" (Lajouanie), de Jean-Michel Lecocq.                                             Ma note : 18/20.

        Un bon moment.

A quelques mois d'intervalle, deux "pièces rapportées" sont assassinées, l'une à Paris, l'autre dans le Béarn. Pendant ce temps, le commissaire Théo Payardelle, qui fête ses 50 ans, invite son ancienne équipe dans sa maison des Ardennes. Malheureusement un fait divers vient contrecarrer leurs retrouvailles et Payardelle va devoir se replonger dans le passé.

Je viens de faire la connaissance de Payardelle et je peux vous assurer que c'est un personnage ! Oubliez les héros qui cavalcadent et tirent à tout va. Celui-ci, malgré sa forte personnalité, est plutôt sentimental, coureur de jupons et amoureux de sa terre natale que Jean-Michel Lecocq décrit comme si vous y étiez.

Avec un tel commissaire, ne vous attendez pas à une action échevelée, tout se passe en douceur, ce qui n'empêche pas un rythme soutenu et des rebondissements inattendus.

Les personnages secondaires ne sont pas en reste et sont aussi pittoresques que colorés (ah, ce fameux commissaire Legros !).

Toute cette fine équipe va avoir fort à faire pour démêler cet écheveau fait de secrets de famille, mensonges et manipulation.

Un polar très agréable que je ne peux que vous recommander.

                   Nathalie Friquet.

"La caresse des orties" (Lajouanie), de Jean-Michel Lecocq.            Ma note : 15/20.