ISABELLE VILLAIN

Romancière française, née au Maroc en 1966. 

Après une école de commerce et un troisième cycle de publicité, Isabelle Villain a travaillé pendant une quinzaine d'années dans la publicité, la presse, l’événementiel et l’organisation de salons professionnels.
En 2000, elle se lance dans l’écriture de romans policiers. Des romans "régionalistes" à diffusion locale dans un premier temps, puis en diffusion nationale. Son quatrième roman "Peine Capitale" (2014), publié aux Éditions Auteurs d'Aujourd'hui, a reçu le prix Maurice Bouvier 2015, prix destiné chaque année à récompenser un auteur de polar. "Âmes battues" (2016), le second volet des enquêtes du commandant de Lost, découvert dans "Peine capitale" à reçu le prix polar du festival Jeter l’Encre. "Mauvais genre" est le troisième volet des enquêtes du groupe de Lost. Il est publié aux éditions Taurnada en novembre 2018.

Isabelle Villain est très active dans les salons du livre où je la croise fréquemment. "A pas de loup" est son septième roman.

  "A pas de loup"... lecture                  au galop !     

"A pas de loup"se décline sur quatre thèmes sociétaux, très en vogue aujourd'hui : l'exode des grandes zones urbaines vers la ruralité, le déchirement des parents divorcés autour de la garde des enfants, plus globalement, la mode écologique et le spécisme puis enfin, la dérive sectaire. Isabelle Villain réalise ici un remarquable travail de documentalisme. Mais ce roman n'est pas un documentaire ; il raconte une histoire poignante et terrifiante. L'histoire d'une emprise psychologique que je me garderai bien de "divulgâcher", comme on dit aujourd'hui, afin que vous la découvriez dans ce livre. 

"A pas de loup" possède beaucoup de points forts et un point faible. Je commencerai par celui-ci : une intrigue trop prévisible, ce qui ne nuit pas au roman - car il est bien construit - mais retire du piment au thriller. Les points forts, eux, sont nombreux. D'abord, le style, nerveux, direct, qui ne laisse aucun répit au lecteur. L'autrice sait immerger ce dernier dans le cadre où évoluent ses personnages et elle le fait si bien qu'on en arriverait presque à sentir les fragrances du décor qu'elle plante sous nos narines ! Isabelle Villain sait faire monter la pression jusqu'à l'explosion finale, sans négliger la crédibilité de son récit. En voulant être tâtillon, on aurait pu souhaiter un peu plus de complexité dans la psyché du tueur, une grosse brute manipulée par la femme devant lequel il est en pamoison mais bon... ce n'est qu'une toute petite cerise qui manque à ce beau gâteau. 

C'est la première fois que je lis Isabelle Villain et sûrement pas la dernière. A travers ce livre, on sent la patte d'une romancière mature qui, à l'aune de son 7ème opus, maîtrise totalement son travail. C'est à la fois professionnel et inspiré. Il n'y a rien de superficiel.

"A pas de loup" (Taurnada), de Isabelle Villain.  Ma note : 18/20 

Second avis :

Alpes de Haute Provence - Lassés de leur vie urbaine, Rosalie, Philippe et leur bébé de 6 mois, Martin, décident d'oublier le stress en faisant un retour aux sources.
Ils s'installent alors dans un hameau éco-responsable où les quelques habitants se suffisent à eux-mêmes en cultivant des légumes, les vendant , élevant des chèvres etc.....
Jusqu'au jour où un grain de sable vient enrayer la machine.
Je vous avoue avoir eu un mal de chien en écrivant cette chronique, ne voulant pas trop en dévoiler. Soyez donc indulgents. Tout commence comme dans un épisode de "La petite maison dans la prairie". C'est tout mignon, tout beau. Une vie saine au grand air, peu d'obligations, le calme des grands espaces etc.
C'est sans compter sur le machiavélisme d'Isabelle Villain, son talent pour nous endormir et nous prendre par surprise. Arrive alors le virage à 360°. Même si l'on se doute que le récit ne va pas rester aussi idyllique, on ne s'attend pas à un tel revirement, sans compter le dénouement. J'ai pris le parti pris d'être succincte mais je ne peux que vous recommander ce roman très sombre.

                 Nathalie Friquet.

              Ma note : 16/20