BARRY EISLER

Ecrivain américain, né en 1964. 

 L'intérêt de Barry Eisler pour la "connaissance interdite" retrouvé dans sa célèbre série sur l'assassin américano-japonais John Rain, s'éveille dès son plus jeune âge avec une biographie de Harry Houdini. Eisler était fasciné par le fait qu'une personne puisse acquérir des connaissances que les gens n'étaient pas supposés avoir, savoirs qui pourraient rendre une personne dangereuse. Cette fascination l'a amené à étudier tout au long de sa vie les arts martiaux comme la boxe et la lutte occidentale, le judo et le karaté japonais et le jiu-jitsu brésilien. Il possède également une bibliothèque de références ésotériques : méthodes pour tuer sans armes, techniques pour ouvrir des serrures sécurisées ou pénétrer dans un lieu par effraction, art de l'espionnage et autres domaines que le gouvernement préfèrerait ne savoir qu'entre les mains de quelques initiés. Par ailleurs, il a travaillé pendant trois ans pour le Directorat d'Opérations de l'Agence Centrale d'Intelligence (la CIA).
Eisler a toujours aimé écrire ; des histoires courtes lorsqu'il était adolescent; une colonne sur la politique extérieure dans le Cornell Daily Sun lorsqu'il était étudiant en droit; du matériel de marketing pour des compagnies, plus tard... et la façon dont ces hommes suivent le troisième lui paraît une bonne histoire. Eisler se met à écrire; son personnage devient John Rain et le manuscrit, le roman La Chute de John R. (Rain Fall).
Aujourd'hui Eisler vit et travaille dans la Baie de San Francisco et se rend fréquemment au Japon et autres régions d'Asie. Rain Storm a remporté le Prix Mystery Ink Gumshoe et aussi le Prix Deadly Pleasures Barry pour Meilleur Thriller de l'Année et les livres de Rain ont été inclus dans plusieurs listes des meilleurs romans dont celles d'Amazon.com, News Press, Publishers Weekly, San Francisco Chronicle et San Jose Mercury News.

 

          Récit puissant.

Seattle - L'inspectrice Livia Lone, spécialiste des crimes sexuels, est contactée par une unité d'élite gouvernementale pour démanteler un réseau de trafic d'êtres humains. Elle se rend alors en Thaïlande où sévissent les dirigeants, mais n'y va pas que pour le travail.......

"Les corps se vendent la nuit" se penche sur un sujet sensible plus courant qu'il n'y paraît, le trafic d'enfants. Avec une écriture sans concession, Barry Eisler dénonce les enlèvements et les magouilles des trafiquants mais aussi de gens haut placés prêts à tout pour assouvir leurs penchants. Inutile de vous dire que ce roman est dur, mais l'auteur a eu l'intelligence d'édulcorer certains passages en ne donnant pas de détails scabreux. Par contre, en ce qui concerne les scènes d'action, accrochez-vous, Livia ne fait pas dans la dentelle......et pourtant, on comprend facilement ses actes.

L'auteur semble s'être beaucoup documenté notamment sur certaines technologies sans que ça soit rébarbatif.

Si vous aimez les récits puissants, l'action avec malgré tout une légère touche d'humour, ce roman est pour vous.

                 Nathalie Friquet.

"Les corps se vendent la nuit", de Barry Eisler  Éditeur : THOMAS & MERCER (12/05/2020)                                                  Ma note : 16/20