BARBARA ABEL

Ecrivaine belge. 

Après avoir suivi à 15 ans des cours de théâtre à l'Académie d'Etterbeek, Barbara Abel étudie à l'Université Libre de Bruxelles où elle obtient une licence en philologie romane. Elle s’inscrit ensuite à l’École d’interprétation du Passage de Paris, puis exerce pour un temps le métier de comédienne et participe à des spectacles de rue.

À 23 ans, elle écrit sa première pièce de théâtre, "L'Esquimau qui jardinait", qui est montée avec succès sur des scènes bruxelloises et au Festival de théâtre de Spa. Elle se lance peu après dans l'écriture, publie quelques textes dans différentes revues et, en 2002, un premier roman policier, "L'Instinct maternel", lauréat du Prix du roman policier du festival de Cognac.

Elle fait ensuite paraître d'autres récits de suspense qui évoquent souvent des milieux familiaux étouffants où germent délits et folie.

Sélectionnée par le prix du Roman d'Aventures pour "Un bel âge pour mourir" (Éditions du Masque, 2003), elle voit aujourd'hui son œuvre adaptée à la télévision et traduite en plusieurs langues. "Un bel âge pour mourir" a été adapté en téléfilm et diffusé sur France 2 en 2008, sous le titre "Miroir, mon beau miroir", avec Marie-France Pisier et Émilie Dequenne dans les rôles principaux.

Marquant son grand retour au roman noir, "Derrière la haine" (Fleuve Éditions, 2012) - Prix des lycéens de littérature belge 2015 -, sort sur les grands écrans en 2019 sous le titre "Duelles", réalisé par Olivier Masset-Depasse. Ce film remportera neuf prix à l'occasion des Magritte du cinéma 2020.

Elle a collaboré à l'émission "Cinquante Degrés Nord" diffusée sur Arte Belgique et la RTBF. Barbara Abel fait également partie de la Ligue de l'Imaginaire.

          Ah, la famille....           

Suite à un accident de la route, Jeanne, 29 ans est dans le coma depuis 4 ans. L'existence de sa famille tourne autour d'elle malgré son "état d'éveil non répondant". Quand le professeur Goosens convoque ses parents et son mari, ils sont loin d'imaginer le cataclysme que cette visite va engendrer.

J'ai eu un peu de mal à entrer dans le récit, Barbara Abel décrivant les protagonistes gravitant autour de Jeanne. Par contre, une fois vos marques prises, vous serez dans l'incapacité de le lâcher. L'auteure utilise un fait divers réel pour installer l'intrigue et quelle intrigue !

Au fil des pages, vous découvrirez une famille à priori banale mais loin de l'être. Dans un état de stress permanent, les masques tombent et la personnalité de chacun vous explose à la figure. En effet, Barbara Abel ne nous épargne pas en transformant petit-à-petit des gens comme vous et moi en êtres abjects et sans pitié, tout en restant tangible.

Ce roman nous interroge aussi sur nos volontés de fin de vie et surtout sur le dilemme qu'elles représentent pour notre entourage. Acharnement ou pas?

Vous l'aurez compris, encore une réussite pour la romancière. Ne vous y trompez pas, sous ses dehors avenants et son apparente douceur, Barbara Abel est machiavélique.......pour notre plus grand plaisir.

                 Nathalie Friquet.

"Et les vivants autour", de Barbara Abel BELFOND (5/3/20)

                          Ma note : 16/20.