RALPH HAMMOND-INNES

Ecrivain britannique, né le 15 juillet 1913 dans le Sussex et décédé le 10 juin 1998.

En 1931, Ralph Hammond-Innes a débuté dans l'écriture en qualité de journaliste au Financial Times. Pendant la seconde guerre mondiale, il est mobilisé dans l'Artillerie Royale. Il a déjà passé le cap de l'écriture romanesque et, durant cette période, sera très prolifique. Son tout premier roman, "The doppelganger" (Le sosie) paraît en 1937. Il sera suivi de 39 autres, sans tenir compte des livres pour enfants et manuels de voyage. 

Car Hammond-Innes bouge beaucoup. Ses romans se déroulent souvent dans des cadres désertiques (chaleur ou glace) et l'on sent, de par des descriptions très précises, que l'auteur a passé du temps sur place, observant beaucoup. D'ailleurs, quand il parvient à vivre de sa plume, Hammond-Innes découpe son emploi du temps annuel en deux parties : la première pour voyager et la seconde pour écrire. Il se sent déjà très concerné par l'écologie à une époque où personne n'en parle. Dans "Target Antarctica" , par exemple (voir ci-contre), un des personnages - particulièrement énigmatique - est un militant de Greenpeace. On retrouve également, dans ses lignes et par une foultitude de termes techniques, la preuve que l'auteur a été un grand navigateur. 

Hammond-Innes a vu quatre de ses premiers romans portés à l'écran. Il a été marié à l'actrice Mary Lang jusqu'au décès de celle-ci. Tous deux vivaient dans le Suffolk (nord-est de Londres). A la fin de sa vie, il a été élevé de rang de commandeur dans l'ordre du British Empire. 

Cible partiellement atteinte

"Target antartica", dont je ne connais pas le titre en Français (je ne sais même pas s'il a été traduit), est un roman magnifique où l'auteur fait preuve d'une débauche de vocabulaire en plantant le décor. C'est incroyablement visuel et même... sensuel ! Hammond-Innes a le sens du détail, c'est le moins qu'on puisse dire. C'en est même trop car on se perd dans des longueurs qui ne donnent plus envie de tourner la page pour connaître la suite. On comprend mieux en lisant la biographie de l'auteur (voir colonne de gauche), mais tout de même... il faut que la lecture reste un plaisir. 

C'est pourquoi, malgré toutes ses qualités littéraires, malgré l'extraordinaire photographie du continent Antarctique et des îles Falkland, je noterai ce roman en dessous de sa valeur intrinsèque. Car - je l'avoue - je me suis fait violence pour aller au bout. L'intrigue est beaucoup trop diluée et même si les personnages ont beaucoup de relief, les redondances et les longues descriptions finissent par lasser. 

"Target Antarctica", de Ralph Hammond-Innes. Ma note : 14/20.