MICHELE BARRIERE

Ecrivaine française née le 22 février 1953 dans la Nièvre.

Michèle Barrière est une historienne de la gastronomie. Ce qui m'intéresse plus particulièrement chez elle, c'est qu'elle a créé un genre qui me tient particulièrement à coeur : le polar gastronomique. Je ne sais si c'est un genre nouveau ou si elle est précurseur (pas de féminin ?) dans le domaine... toujours est-il que je ne connais pas beaucoup d'auteurs qui se soient lancés dans cette aventure avec autant de compétence. Cette ancienne compagne de l'écologiste Brice Lalonde sait ce dont elle parle, ce qui donne un cadre solide et crédible à ses intrigues. 

                                    Un roman... pimenté !

Je me suis régalé à la lecture de "Meurtres au potager du Roy". C'est un petit trésor. Drôle, plein de trouvailles sémantiques et historiques en tout genre, ce roman de la prolifique Michèle Barrière vous fait voyager dans l'Europe (France, Pays-bas, Angleterre) du Roi Soleil. Mais le plus beau voyage est incontestablement celui de nos petits capteurs sensoriels qu'on appelle "papilles". Ce thriller (plutôt un roman d'aventures) se pose en manuel qui renseigne sur le habitudes alimentaires et culinaires de l'époque, mieux que n'importe quel ouvrage de sociologie. Brillant ! Bien sûr, l'intrigue est secondaire mais les personnages (ayant réellement existé pour la plupart) sont tellement vivants et le style tellement fluide qu'on regarde et lit ce roman avec d'autres yeux. Vous rirez aux éclats devant les formules idiomatiques (et leur traduction littérale) d'un Lord Anglais qui ne manque pas de fantaisie. Comme il se doit dans l'aristocratie britannique. Quelques scènes érotiques, élégamment tournées (comme eût pu le faire un certain marquis, sévissant à une époque guère éloignée) apportent encore plus de piment à ce roman avec lequel vous passerez un très agréable moment. Et, bien entendu, ne manquez pas les recettes culinaires (de l'époque !) à la fin du livre. 

"Meurtres au potager du Roy" (Livre de poche), de Michèle Barrière.                                                        Ma note : 18/20.

Un meurtre qui donne un coup de projecteur sur toute une époque !

"Meurtre au Ritz" n'a de roman policier que le titre. Car l'intrigue policière est assez ténue et l'on comprend vite que ce n'est pas le nerf du roman. 

Quel est-il, alors ? 

Une formidable plongée dans la société parisienne de la fin de 19ème siècle. On y découvre ce prince de la gastronomie que fut Escoffier, son rôle auprès de César Ritz dans le lancement de ce qui deviendra le plus célèbre palace parisien, ainsi qu'une description très acérée de la situation politique de l'époque, de la guerre que se mènent anarchistes et nationalistes, sur fond d'affaire Dreyfus. 

C'est aussi instructif que passionnant. Le moment fort se situe à la fin du roman lorsque l'héroïne fait pénétrer le lecteur dans les coulisses des abattoirs de La Vilette. Saisissant de réalisme ! De quoi vous faire devenir vegan.... 

Cerise sur le gâteau (c'est le cas de le dire), Michèle Barrière nous fait "profiter", en guise d'épilogue, de quelques bonnes recettes du maître Escoffier. 

"Meurtre au Ritz", de Michèle Barrière.       Ma note : 16/20