ANNE PERRY

Ecrivaine britannique, née le 20 octobre 1938 à Blackheath (Londres).

Anne Perry, de son vrai nom : Juliet Marion Hulme, a eu un début dans l'existence qui s'apparente à un roman... qu'elle aurait pu, elle-même, écrire. 

Fille d'un astronome, mathématicien, physicien nucléaire et d'une presbytérienne, elle suit sa famille en Nouvelle-Zélande très jeune. A 13 ans, elle contracte la tuberculose. Elle est soignée puis guérie mais, en 1954, le couple de ses parents "explose" et cela se traduit par un divorce. Elle est alors hébergée par une parente et se lie d'amitié avec Pauline Parker. A l'âge de 15 ans, la jeune Anne projette de quitter la Nouvelle-Zélande en compagnie de sa nouvelle et inséparable amie. La mère de Pauline s'y oppose et les deux jeunes filles projettent son assassinat. Elles l'attirent nuitamment dans un parc et la tuent ! Cet homicide vaudra à la future écrivaine (encore mineure) de purger une peine de cinq ans à la prison du Mont Eden (Auckland). C'est probablement durant cette période que naquit son envie d'écrire. 

L'affaire fut révélée dans un film dont la sortie fut cachée à l'intéressée jusqu'à la dernière minute. Anne Perry, dont les succès littéraires, faisaient déjà le tour du Commonwealth, eut peur de voir sa notoriété s'envoler... mais elle était déjà suffisamment célèbre et appréciée pour que le passé ne puisse lui porter préjudice.

L'oeuvre d'Anne Perry est volumineuse. Elle se compose de plus de quatre-vingts romans dont la plupart se déroulent dans les hautes classes sociales de la période victorienne. Elle y décrit une société rigide et étouffante et fait intervenir un personnage récurrent : le détective William Monk. Anne Perry a également écrit sur la seconde guerre mondiale et la révolution française (voir ci-contre). 

Elle vit aujourd'hui en Ecosse.  

Le révolution française vue par une Anglaise

Il est intéressant de voir le regard d'une Anglaise sur "notre" révolution et particulièrement cette période si propice à la littérature noire que fut "la terreur". Je ne dirai pas que c'est le seul intérêt du livre... mais il contribue à son succès. 

En ce qui concerne l'intrigue, elle est remarquablement ficelée et ne dépare pas la collection. Anne Perry est rompue à l'exercice et cela se voit. 

"A l'ombre de la guillotine" fait revivre tous les grands personnages de la Révolution, les "plutôt gentils", comme Danton, et les "très méchants", à l'image de Marat. Les voir mêlés à une enquête pleine d'action, autour de la prochaine exécution de Louis XVI est, je l'avoue, assez captivant... même si la véracité historique n'est pas garantie.

"A l'ombre de la Guillotine" (10/18) de Anne Perry.

Ma note : 16/20